Art Souterrain

Background

Émeline Rosendo

COMMISSAIRE INVITÉE

 

Ma participation en tant que commissaire photo à l’édition 2018 du festival Art Souterrain est pour moi une magnifique occasion d'amener un débat sur ce thème riche et controversé qu'est le travail. Je m'intéresse à cette notion depuis plusieurs années, que ce soit dans le cadre de mes recherches ou d'interrogations plus personnelles. Pouvoir amener mon point de vue, tout en échangeant avec les artistes sur la dimension critique de leurs oeuvres à ce sujet, est une belle manière de prendre le poul de cet élément constitutif de nos sociétés.


Ma réflexion s’est développée sur l'idée de travail comme institution dans un système économique qui fonctionne grâce aux “ressources humaines”. Pour assurer sa survie financière, l'individu accepte cette organisation et devient une variable d'ajustement quantifiable. Il offre son temps, ses capacités physiques et intellectuelles, voire son identité pour servir, la plupart du temps, les objectifs d'autres individus.


Le modèle classique du travail est remis en question : télé-travail, nouvelles formes de management, uberisation, génération Y qui prône l’épanouissement... Cependant, même si les lignes du pouvoir semblent se déplacer légèrement cela ne bénéficie qu’à certaines catégories de populations et semble toujours se jouer dans le même système.


Quelle est notre part réelle de choix et donc de liberté? Jusqu’à quel point peut-on parler de soumission ou de subsistance? Quels mécanismes sont en oeuvre? Comment notre identité se dissout t-elle dans ce système?


Ma sélection photographique est basée sur des portraits, documentaires ou mis en scène, individuels ou de groupe, témoins de différents environnements. J’ai choisis des séries avec une lecture à plusieurs niveaux, afin de souligner l’ancrage de la notion de travail dans notre quotidien. On entre facilement dans ces oeuvres parce qu’elles nous rappellent des tableaux classiques, des lieux ou situations familières, parce qu’elles sont colorées, ludiques, surréalistes, poétiques voire comiques.


Elles sont pourtant toutes révélatrices à leur manière de caractéristiques structurelles de notre société: représentations, rôles et statuts, migrations, standardisation, pouvoir et hiérarchie,
chosification, asservissement,... Elle évoquent la main d’oeuvre bon marché, le surréalisme de certaines situations, l’image de soi qu’on construit pour s’offrir sur le marché du travail, l’interchangeabilité des individus, la codification du temps de loisirs, ou même la métaphore du cannibalisme. Elles attirent notre regard et nous font entrer dans leur univers pour nous parler de notre condition et de nos comportements. La photographie et son rapport au réel sont pour moi une des plus intéressantes manières d'orchestrer ce basculement.


Je vous invite donc à découvrir ces images, tant sur la forme que sur le fond, et j'espère que vous en retirerez autant de plaisir que d’interrogations.

 

Activité avec Emeline Rosendo :

 

FOCUS (Visite commentée)

Mardi 20 mars 2018, Réservation ici

 

Réserver

Toutes les nouvelles

Facebook Twitter Youtube Vimeo Vimeo